Actualité

#RAAM2019 => TEST1

1 avril 2019
Comme prévu dans ses plans d’entraînement, Hervé a réalisé entre le 27 et le 30 mars un test sur 4 jours qui consistait à multiplier des sorties de 100km de son domicile à son domicile toutes les 6h .

En gros, cela revenait à rouler un peu moins de 4h au début et un peu plus de 4h à la fin
et à utiliser le crédit de temps restant à s’alimenter, se reposer, se doucher, etc….
l’avantage de cette formule était évident : une logistique limitée à sa plus simple expression puisque toutes les 6h le dossard 527 repassait par la case départ, pas besoin d’accompagnant ( sauf 2 nuits avec Henri et Marcel Vincent), juste Adeline, sa femme, mise à contribution pour le supporter et le réconforter à chacun de ses passages.

Les inconvénients n’étaient pas moindre : la monotonie du parcours qui consistait en 4 petites boucles au tour de Villeneuve-le-Comte avec une multitudes de ralentisseurs taille XXL

« j’ai compté environ 300 passages sur ces monstres ».

d’autre part à chaque départ et retour il fallait traverser les agglomérations de Pontault, de Roissy, de Pontcarré avec leurs lots de ralentissement d’une circulation importante, feux , etc..; en plus il n’a pas été aidé avec le vent qui a soufflé de façon constante ne l’aidant pas dans sa progression.

« J’ai donc effectué 1300km, n’ayant fait que 2 étapes sur 4 entre 0h30 et 6h30 afin de préserver un minimum de sommeil : les arrêts étant trop courts pour pouvoir dormir ».

« L’avantage de ce test, indépendamment de son coût très réduit, était de retrouver toute la problématique des épreuves ultra : sur ce point je n’ai pas été déçu et la réalité qu’on a vite tendance à oublier en faisant les petites sorties habituelles en peloton, m’a vite sauté au visage : permanence d’une oscillation entre sensations positives et coups de « gros moins bien », problèmes physiques récurrents ( appuis fessier, cervicales, positions sur le cintre des épaules et bras) ».

Autant que le physique, le mental est primordial pour supporter tous ces aléas communs à ce type d’épreuve. En plus pour corser le tout, notre RAAMeur a attrapé un grand coup de froid la 1ère nuit qui l’a poursuivi pendant les 4 jours jusqu’à le mettre totalement chaos à la fin du dernier parcours.

« Il me reste donc 3 semaines pour me soigner, me reposer, reprendre un rythme normal et préparer le 2eme test programmé dans la dernière semaine d’avril. Celui là est beaucoup plus conventionnel puisqu’il s’agit de ce que j’avais fait en 2015 et 2017. À savoir 6 jours entre la région parisienne et la pointe bretonne avec un gîte en point fixe dans la région de Loudéac. Il s’agira d’effectuer d’environ 320 km par jour mais cette fois ci avec une équipe consistante pour me soutenir ( Adeline et Brigitte en point fixe au gîte , Sylvie et Henri Lepagnez, Bernard Mazard et Remy, et peut être la présence de Virgile) ».

Sur ce test, Ils se retrouverons beaucoup plus en configuration RAAM ( voitures suiveuses, équipe d’assistance cohérente ….)
Et à la fin de ces 6 jours, nous pourrons tirer les conclusions de cette préparation.

« Avec l’expérience de 4 RAAM effectuées, 2 dans des équipes d’assistance, 2 sur le vélo dont une avec succès et l’autre dont on connaît la fin, je ne vous cache pas, l’âge aidant, que les difficultés de l’opération me paraissent gigantesques ! »…

Hervé Talabardon

You Might Also Like